Inclusion des personnes en situation de handicap : questions légales & retours d’expériences

Le webinar #TechYourPlace de mars était dédié à la question de l’inclusion des personnes en situation de handicap.

En France, 12 millions de personnes sont handicapées et seulement 2,7 millions sont reconnues comme telles. Un vrai sujet existe pour mieux inclure les personnes en situation de handicap, et c’est le sujet de notre 5e webinar. Au programme, 3 intervenants qui vivent et traitent de la question au quotidien ont échangé autour de la formation, du recrutement et de l’inclusion de ces personnes, que leur handicap soit visible ou invisible. Pour en savoir plus sur le sujet, on vous invite à suivre notre webinar en Replay ! 

Cédric Richard

Cédric Richard est représentant de Signes et Formations, une école qui forme de jeunes sourds aux métiers du numérique. Au quotidien, il travaille à convaincre les jeunes sourds qu’ils sont capables de réaliser leurs rêves d’un côté, et à convaincre les entreprises qu’elles ont tout intérêt à diversifier la créativité dans leurs rangs de l’autre. 

Pour lui, si le taux de chômage est aussi élevé pour les personnes en situation de handicap, c’est en grande partie à cause du manque de formation. Depuis 2017, il propose une formation de webdesigner entièrement en langue des signes. 

Au sein de Signes et Formations, le handicap a été “supprimé”. De cette manière, le niveau d’exigence est égal à tout le monde, et les jeunes apprennent le métier comme tout le monde. 

Son conseil aux entreprises : s’interroger sur la situation de l’entreprise et son contexte, pour travailler sur les outils, les méthodes à utiliser pour favoriser l’accueil de tous. Pour les personnes sourdes, la difficulté est la communication. L’employeur a souvent beaucoup de peur de communiquer avec les personnes sourdes. Signes et Formations crée cette rencontre, pour qu’ils puissent échanger en langue des signes. C’est finalement comme accueillir une personne de langue étrangère au final, on passe soit par un interprète, soit par l’écrit ou le visuel. 

Pour Cédric, il faut partir du constat que ce sont des professionnels qui se parlent, leur terrain d’entente est la technique, le problème de la communication se gère facilement. Souvent, une fois que l’on a identifié cette situation, on va poser le même niveau d’exigence pour les étudiants

Le retour d’expérience de Signes et Formations sur l’insertion de leurs étudiants sourds : les entreprises se rendent compte du niveau de  compétence. Une personne sourde ou qui a une spécificité, va enrichir l’entreprise, si elles s’intéressent à ces différences. L’embauche des personnes sourdes va être bénéfique à tout le monde si l’entreprise sait profiter de ces particularités. 

Pour Cédric, le combat n’est pas encore gagné : des discriminations persistent pour les personnes sourdes et malentendantes. En tant qu’employeur, il faut leur en parler, les rassurer sur leur emploi. Ce qui prime, c’est les représentations que chacun a, qui sont souvent négatives : “ça va être compliqué”, “on aura pas les mêmes compétences”… 

L’ultime conseil de Cédric à destination des employeurs, c’est d’en parler avec la personne, pour aborder la situation de manière bienveillante, et créer la rencontre, l’échange. 

Pour aller plus loin sur les sujets d’inclusion des personnes atteintes de surdité :

Lucie Caubel

Lucie est à l’initiative d’Hello Handicap. Créé il y a 10 ans, c’est le plus grand salon de recrutement dédié aux travailleurs handicapés, entièrement en ligne depuis le début, pour en faciliter l’accès à toutes les personnes, peu importe leur handicap. 

Son souhait : rendre l’entreprise ouverte à tous,  en l’embarquant sur la durée, pour qu’elle intègre la question du handicap à tous les niveaux : dans son ADN et ses valeurs. 

Comme Cédric, Lucie rappelle l’importance de libérer la parole sur le sujet. Plus on libère la parole, plus on déstigmatise et crée un cercle vertueux sur l’inclusion. Pour elle, le sujet doit être porté le plus haut possible, et il est du devoir de l’employeur de créer un climat de confiance grâce au dialogue et à sa capacité à se remettre en question… Ce climat va permettre d’attirer les meilleurs profils, et va permettre l’intelligence collective

C’est la parole, la prévention qui va permettre de grandir sur les sujets du handicap, qu’il soit visible ou invisible. 

70% des personnes avec un handicap psychique ne trouvent pas d’ emploi. Lucie s’engage particulièrement sur ce qui touche à la santé mentale, les maladies psychiatriques. Ces handicaps psychiques ne sont pas encore assez reconnus, considérés, pris en compte en entreprise. Elle recommande les club house locaux pour intervenir auprès des salariés et les former à ces questions. Pour elle, il n’y a rien de plus efficace pour libérer la parole en entreprise ! 

La clé de l’accompagnement des personnes en situation de handicap en entreprise, pour Lucie, c’est l’outillage, l’aménagement humain. Former le dirigeant lui-même d’abord, mettre en place des liens avec la médecine du travail, le RH, le DG, sensibiliser les managers…

Pour Lucie, tant qu’on ne change pas les regards, qu’on ne dit pas qu’on est tous concernés, on n’avancera pas sur ce sujet. Il y a toute une culture à faire évoluer !

Pour aller plus loin sur ces questions : 

Mickael dell Ova

Mickael est UX designer chez Ubisoft. Son travail : intégrer l’accessibilité dans les jeux vidéos. 

Dans le métier de Mickael, l’empathie est très importante. C’est aussi une spécificité de son handicap. Au sein de notre webinar, il fait un focus sur les handicaps invisibles (dont le TDH dont il est atteint), les TSA (troubles du spectre autistique), tous les dys (handicaps invisibles les plus connus). Ces handicaps ont la particularité de ne pas être visibles. Les managers et équipes ne sont pas toujours formés, et il peut être compliqué en entreprise de les assumer, d’en parler, ou de comprendre certains comportements liés à ces handicaps. 

Pour Mickael, en tant qu’entreprise, il faut être capable de capitaliser sur les compétences, les spécificités des personnes en situation de handicap. Quelqu’un qui n’est pas empathique, pas sensible, ne pourra pas l’apprendre, or, c’est souvent l’une des compétences que l’on peut trouver chez certaines personnes en situation de handicap, comme c’est le cas pour Mickael. Il peut en témoigner : les personnes autistes peuvent être beaucoup plus productives, très sensibles à l’erreur, à la précision. Ils ont des problèmes sur les nuances, mais on peut trouver un emploi où la personne sera beaucoup plus productive qu’une personne dans la norme. 

Le second conseil aux entreprises de Mickael, c’est la communication. Sensibiliser, former les managers à ces questions est clé. Pour lui, se présenter à un entretien en disant qu’on a un handicap est compliqué, car c’est trop souvent associé à un manque de compétence, alors que c’est tout le contraire. 

Aujourd’hui, il y a encore un grand manque de sensibilisation sur les handicaps cognitifs, les limites des personnes qui sont en situation de handicap psychique ne sont pas toujours comprises. Les personnes handicapées ne veulent pas de traitement de faveur, mais seulement que leurs particularités soient prises en compte, respectées !

Pour aller plus loin : 

Aussi, si vous souhaitez profiter de nos webinars inclusifs mensuels en live, on vous invite à rejoindre le mouvement #TechYourPlace ! Vous pourrez : 

  • participer à choisir les sujets des prochains webinars
  • sensibiliser et former vos équipes à ces sujets
  • échanger en direct avec nos experts
  • Et, in fine : gagner en inclusion et en diversité ! 

Retrouvez le webinar sur la question de l’inclusion des personnes en situation de handicap en Replay ci-dessous :

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Je souhaite m'inscrire à la newsletter pour suivre les actualités de l'initiative, en savoir plus sur l'inclusion et découvrir de nouveaux talents.

Vous avez été inscrit avec succès à notre liste de diffusion. Merci !